EN

Votre expérience de mobilité en 2050 :

73.3%
15.8%
8.9%
2.1%
Annuler

La mobilité durable repose sur un système de transport :

  • qui permet aux individus de satisfaire leurs principaux besoins d’accès d’une manière équitable, sécuritaire et compatible avec la santé;
  • dont le coût est raisonnable, qui fonctionne efficacement, qui offre un choix de moyens de transport et qui appuie une économie dynamique;
  • qui minimise la consommation d’espace et de ressources, qui s’intègre au milieu et qui réduit les émissions de gaz à effet de serre ainsi que les déchets.

(Vivre en Ville, d’après Québec. OQLF, 2011, et le Centre pour un transport durable, 2002)

Autorité régionale
de transport métropolitain

Temps de lecture estimé
3 minutes

Occasion de prendre la parole
1 question

Une vision régionale de la mobilité

Pourquoi parler de mobilité plutôt que de transport?

La mobilité est la capacité des individus à se déplacer, peu importe le mode de transport. Elle englobe les déplacements nécessaires à la réalisation des activités quotidiennes comme le fait de se rendre au travail ou à l’école, de faire ses emplettes ou encore de rendre visite à ses proches. La mobilité fait appel à la notion d’accessibilité et tient compte à la fois du système de transport (la façon de se déplacer, l’aménagement du territoire ou les destinations), des conditions sociales et économiques des individus et des lieux qu’ils fréquentent.

La mobilité durable constitue quant à elle la recherche d’une mobilité efficace, équitable et sobre, ayant un impact moins grand sur l’environnement tout en favorisant le développement économique. La perspective que propose la mobilité durable offre plus d’options aux citoyens pour se déplacer, augmente la proximité et l’accessibilité des lieux de destination par rapport aux points de départ, et elle favorise des modes de déplacement à faible empreinte carbone.

L’utilisation du terme « mobilité » permet donc de placer la capacité des individus à se déplacer au centre de chacune de nos interventions, plutôt que de mettre l’accent sur la construction d’infrastructures, l’acquisition de matériel roulant, le système de transport ou la carte du réseau. Ainsi, bien qu’il soit toujours question de transport, c’est d’abord du point de vue des personnes — et des particularités sociales, économiques et géographiques qui les caractérisent — que seront abordées les questions liées au transport collectif dans la démarche d’élaboration de notre plan stratégique de développement.

Le tout est évidemment teinté des éléments propres à la mobilité durable selon une approche centrée sur les besoins de mobilité des personnes et sur le respect de l’environnement. Cette approche repose également sur une gestion du territoire qui permet l’établissement d’une mobilité simple, intégrée, fluide et efficace tout en favorisant le développement harmonieux des milieux de vie et la prospérité économique, et ce, dans une perspective métropolitaine.

Quels sont les principaux objectifs que vise la mobilité durable ?

La mobilité durable repose sur un système de transport qui permet aux individus de satisfaire leurs principaux besoins d’accès d’une manière équitable, sécuritaire et compatible avec la santé; dont le coût est raisonnable, qui fonctionne efficacement, qui offre un choix de moyens de transport et qui appuie une économie dynamique; qui minimise la consommation d’espace et de ressources, qui s’intègre au milieu et qui réduit les émissions de gaz à effet de serre ainsi que les déchets. (Vivre en Ville, d’après Québec. OQLF, 2011, et le Centre pour un transport durable, 2002)

Les orientations gouvernementales et métropolitaines

Le Plan stratégique de développement du transport collectif contribuera à la concrétisation des orientations métropolitaines et gouvernementales qui ont été fixées dans le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et dans la Politique de mobilité durable du gouvernement du Québec (PMD).

Plan métropolitain d’aménagement et de développement de la Communauté métropolitaine de Montréal

En vigueur depuis 2012, le Plan métropolitain d’aménagement et de développement de la Communauté métropolitaine de Montréal (PMAD) vise à assurer la compétitivité et l’attractivité de la région métropolitaine dans une perspective de développement durable en intervenant sur l’aménagement, le transport et l’environnement.

Il s’articule autour de trois grandes orientations,

  • L’établissement de milieux de vie durables – > Orienter 60 % de la croissance démographique autour des points d’accès du réseau structurant de transport collectif;
  • La mise en place de réseaux et d’équipement de transport performants et structurants – > Hausser de 35 % de la part modale du transport collectif en période de pointe matinale;
  • La protection et la mise en valeur de l’environnement – > Réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Dans le cadre du travail de la Commission de transport, la CMM a établi des orientations et des attentes pour l’exercice de planification stratégique du développement du transport collectif réalisé par l’ARTM.

Politique de mobilité durable - 2030

La Politique de mobilité durable - 2030, adoptée au printemps 2018 par le MTQ, trace les grandes orientations en matière de mobilité durable pour le Québec, et ce, jusqu'en 2030. Sa vision de la mobilité est résolument orientée vers les besoins des citoyens et de l’entreprise, puisqu’elle inscrit ceux-ci au centre de la planification des transports, tout en favorisant une mobilité à plus faible empreinte carbone. Parmi les onze cadres d’intervention ciblés, on retrouve le transport collectif urbain et régional, le transport actif, le transport adapté et les nouvelles mobilités.

Les dix cibles de la Politique de mobilité durable - 2030 sont :

  • un accès à au moins quatre services de mobilité durable pour 70 % de la population québécoise;
  • une réduction de 20 % du temps de déplacement moyen entre le domicile et le travail;
  • une baisse de 25 % du nombre d’accidents mortels ou graves par rapport à 2017;
  • une diminution de 20 % de la part des déplacements en auto solo à l’échelle nationale;
  • une réduction de 40 % de la consommation de pétrole dans le secteur des transports par rapport à 2013;
  • une baisse de 37,5 % des émissions de GES dans le secteur des transports par rapport à 1990;
  • des ventes annuelles de 15 milliards de dollars pour le secteur québécois des équipements de transport terrestre;
  • une augmentation de 25 % des tonnages de marchandises transbordées dans les ports et les centres intermodaux ferroviaires du Québec;
  • une diminution des coûts associés à la congestion pour les entreprises des régions métropolitaines;
  • une réduction de 20 % des dépenses brutes des ménages allouées au transport (en dollars constants de 2017).

Dans le cadre de l’élaboration de son plan stratégique de développement, l’ARTM élabore des orientations et des principes en vue de créer une vision cohérente à l’échelle métropolitaine. Ce plan est développé de concert avec les principaux acteurs régionaux qui œuvrent pour l’amélioration de la mobilité.

Orientations préliminaires

Les orientations stratégiques, initiatives et politiques du PSD permettront de concrétiser trois orientations préliminaires :

  1. Offrir une expérience de mobilité simplifiée, confortable, accessible, intelligente et de qualité.
  2. Faciliter l’accès aux emplois et lieux d’activités afin de soutenir le développement économique et durable de la région en misant sur des services de transport collectif fiables et efficaces qui s’intègrent aux milieux de vie.
  3. Anticiper les grandes transformations démographiques, climatiques et technologiques et en assurer une intégration harmonieuse.

Principes préliminaires

Les objectifs stratégiques, initiatives et politiques du PSD seront élaborées pour répondre aux principes suivants :

  1. Respect des orientations du gouvernement et de la CMM en matière d’aménagement du territoire et de mobilité des personnes et contribution à l’atteinte des objectifs et cibles qu’ils y fixent, soit :
    • Soutenir l’objectif d’orienter 60 % de la croissance démographique aux points d’accès du réseau de transport en commun métropolitain structurant d’ici 2031.
    • Hausser à 35 % la part modale du TC en période de pointe AM d’ici 2031 en planifiant et poursuivant le développement du réseau de transport en commun métropolitain structurant et des modes actifs selon une approche de planification intégrée du transport et de l’aménagement.
    • Viser la réduction des GES grâce au développement des réseaux et des équipements de transport collectif et adapter nos équipements de transport collectif aux changements climatiques.
  2. Orientées vers les résultats : elles contribueront à l’atteinte de ces objectifs pour l’avenir de la région métropolitaine et leurs résultats seront évalués à l’aide de mesures de performance élaborées en fonction des orientations régionales et gouvernementales.
  3. Centrées sur les besoins de mobilité des personnes : dans un souci d’équité spatiale et économique et en tenant compte de la diversité des besoins.
  4. Cohérentes : elles seront réfléchies comme un tout, miseront sur la complémentarité des modes, s’intègreront aux réseaux existants et contribueront à la vision régionale arrimant la planification des transports et celle de l’aménagement.
  5. Financièrement responsables : leur développement et exploitation sera réalisé en respectant les ressources financières disponibles et en contribuant à la recherche et à l’identification de nouvelles sources de financement.
  6. Efficientes : elles permettront d’améliorer la mobilité du plus grand nombre de personnes en se fondant sur une utilisation judicieuse des ressources.
  7. Résilientes : elles pourront résister ou s’adapter en cas de perturbations ou de changements importants et difficiles à prévoir.
Une question, un commentaire ?